QUOI DE NEUF

ACTUS

COMMENTAIRES

Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut avoir un compte
CRÉER UN COMPTE OU
SE CONNECTER

Un GONCOURT à Montjoux

Publié le 23 décembre 2020 par Guy FAURE

Cette année le Goncourt s’est arrêté à Montjoux. L’événement est de taille.
Hervé Le Tellier aime notre village, c’est sûr ; depuis quelques années il y a sa maison qui fait face à la mairie, il y vient souvent . Cette maison, c’est «l’autre baraque, le vieux relai de poste de Montjoux» ( p. 234) qu’un des personnages de son roman, un architecte en cours de séparation, peut- être son double, décide d’acheter. Disons le d’emblée, d’autres références vont surgir ça et là. Il y a cet autre personnage qui va commander un fameux «Château La Paillette» ( p. 267) que nous ne connaissions pas encore, et puis à nouveau le propriétaire du relai de poste qui fera une rencontre pleine d’espérance au temple de La Paillette( p. 324), et pour finir, tout à la fin du livre voilà «l’évier à Montjoux» ( p. 327) placé au même rang d’importance que des lieux aussi prestigieux que le Grand Canal de Venise…

L’Anomalie est un roman anormal, d’où peut être son titre. Il nous entraîne dans différents genres littéraires, le polar, le roman d’amour, la science fiction, le drame psychologique. L’Anomalie est un roman ludique, facétieux parfois. On sent que l’auteur aime à pratiquer l’humour, n’hésite pas à recourir au pastiche. Hervé Le Tellier a été des années durant, l’animateur d’une émission radiophonique célèbrissime « des papous dans la tête », où l’on assistait chaque dimanche matin à de véritables joutes d’écriture à partir de références littéraires variées. On sent aussi dans ce roman des traces des pratiques développées dans le cadre de l’Oulipo ( ouvroir de littérature potentielle)dont Hervé Le Tellier est le grand prêtre en France et qui prône la contrainte d’écriture comme condition de la création littéraire. L’Anomalie parvient ainsi à nous amuser et à nous surprendre tout en nous plongeant dans des situations de doutes et d’incertitudes où l’incompréhension domine et devient comme dit l’auteur, cette « chose admirable qui surpasse toujours la connaissance, l’intelligence, et même le génie… », affirmation en totale contradiction avec ce qu’exige de nous une société éprise d’absolus et de futurs écrits d’avance.

D’entrée nous faisons connaissance avec huit personnages aux existences très particulières et différentes les unes des autres. Il y a un tueur à gages, un couple à la dérive , une fillette et sa grenouille, un chanteur nigérian, une avocate américaine une monteuse de films, un malade d’un cancer du pancréas et un écrivain sans lecteurs. Ils ont en commun de voyager dans un futur très proche sur un vol Air France Paris – New York et à qui il va arriver quelque chose d’extrêmement problématique. Mais le plus problématique, le plus inattendu, le plus inconcevable surviendra quelques mois plus tard. Nos pauvres personnages vivront alors une expérience invraisemblable mettant en question leur identité et surtout le cours de leur existence. Tentant de nous faire comprendre quelque chose à cette situation, Hervé Le Tellier nous entraîne alors dans des interrogations parfois surprenantes, convoquant la science, la théologie, la philosophie. Ainsi nous amène t il insensiblement vers la question de savoir si nous ne sommes pas à la recherche de notre double , plus précisément de ce que serait notre existence si….
Chacun entrera dans cette histoire comme il veut. Pour le lecteur, c’est une chance d’avoir le choix entre le polar, le roman de science fiction, le roman d’amour, une sorte de complicité peut en résulter progressivement , c’est un peu comme ça la vie…

Au bout du compte, on sort plutôt réconforté de ce voyage à risques, ce qui n’est pas si mal par les temps qui courent. Il se dégage de l’Anomalie une sorte de drôlerie qui fait du bien dès lors qu’on joue le jeu que nous propose Hervé Le Tellier. Quant à savoir pourquoi ce titre,« l’anomalie », il n’est pas interdit à chacun d’entre nous d’avoir sa propre vérité.

Guy Faure

23 décembre 2020
Hervé le Tellier

COMMENTER
Titre de ma popup
Patientez ...