QUOI DE NEUF

ACTUS

COMMENTAIRES

Pour pouvoir écrire un commentaire, il faut avoir un compte
CRÉER UN COMPTE OU
SE CONNECTER

Le pain quotidien

Publié le 6 septembre 2020 par Françoise Roux

Le pain quotidien d'Yves Chica n'est plus là pour régaler nos papilles... Nous allons regretter ses gros fendus à la croûte brunie, ses baguettes couleur de miel, ses croissants gonflés, ses pains au chocolat croustillants, ses brioches bien levées, sans parler de ses pognes délicatement parfumées à la fleur d'oranger... Et ses pizzas, ah, ses pizzas, rectangulaires, inimitables avec leur œil noir (olive) qui nous narguait, juste avant les repas, quand nos estomacs commençaient à gargouiller ! MERCI, Yves : son pain nous manquera ; il nous manque déjà !
Oui, Yves s'en va, après 29 ans de bons et loyaux services, devant son pétrin qu'il fréquentait toutes les nuits ! Alors que Martine, elle, travaillait essentiellement de jour : dès potron-minet, elle enfournait ses panières verticales dans sa voiture, et partait faire ses tournées, tous les jours de l'année, qu'il vente, qu'il pleuve, ou qu'il neige... Gageons que le prochain boulanger n'aura pas besoin de pelle à neige, lui...

Martine nous servait, elle, le pain du jour, elle qui savait parfaitement ce que chaque client.e préférait : qui une flûte bien cuite, qui un gros pain, qui un pain-sandwich, et quand il n'y en avait plus, il y en avait encore... au congélateur. Elle dépannait tout le monde, sachant combien le pain est précieux quand on arrive de sa montagne, après avoir fait 5 ou 1O km... même aujourd'hui.
On allait « chez Martine », oû on trouvait les produits de base, plus les fromages de chèvre et les œufs fermiers des producteurs, les bons vins du coin, rouges, et rosés que l'on partage entre collègues ou amis, les légumes et les fruits, par caisse entière, ou au détail : ça en faisait des kilos à transporter, à charger et à décharger chaque semaine, et à mettre en rayons, dès 7 H du matin ! Nous, on ne voyait que son sourire permanent, même à 20 H, devant ses caisses vides, bien alignées derrière elle ! Mais ces derniers temps, on ne le voyait plus son sourire, à cause de ce foutu masque imposé : comment, alors lui dire, sans rire, et droit dans les yeux, que nous allons tellement la regretter...

Tout simplement, MERCI, MERCI à eux deux pour leur fidélité à notre village, qui était devenu le leur, pour cet engagement pendant le confinement, autant pour l'approvisionnement pas évident, que pour l'application des règles sanitaires, ou pour les livraisons à domicile très appréciées des personnes âgées : ils ont vraiment bien « assuré » ! Ils font partie aujourd'hui de notre patrimoine local, ainsi que leur pain quotidien, qui sera bientôt, nous l'espérons fortement, produit et fourni par de nouvelles mains expertes...

Yves, et Martine, BONNE RETRAITE !

COMMENTER
Titre de ma popup
Patientez ...